Ian est convaincu que le meilleur moyen d’y parvenir est la formation des griffes. L’entraîneur se tient debout sur le ring, tient les griffes et guide le boxeur à travers le ring pendant que le boxeur donne des coups de poing aux griffes. Ian déclare : “Faire cela en combat est très difficile car vous êtes constamment à la recherche d’un écart et ne pensez pas nécessairement à améliorer la vitesse de la main. C’est étonnant de voir combien de fois on fait les mêmes combinaisons de coups de poing sur un sac de sable – ça devient vraiment une habitude. Mais lorsque vous vous entraînez avec quelqu’un, la dynamique est complètement différente et vous ne vous faites pas prendre au piège de l’habitude.

Entraînement à la boxe : la vitesse des pieds

De nombreux boxeurs préfèrent le saut à la corde pour développer la vitesse et l’agilité des pieds. Selon Ian, cependant, les méthodes plus modernes sont beaucoup plus avantageuses. Il reprend des exercices d’agilité et de vitesse d’autres sports et les adapte aux besoins d’entraînement de Lenny. Ces exercices commencent environ trois semaines avant le combat, lorsque le boxeur a développé une force dans les jambes. Cet exercice de vitesse intensif est suivi d’une Boxepériode de récupération plus longue.Il travaille principalement avec une échelle de coordination très courte à quatre échelons seulement, avec laquelle il faut s’entraîner à changer rapidement de direction. C’est incroyable de voir à quel point Lenny s’est amélioré ici. Lorsqu’il s’entraînait de manière traditionnelle (c’est-à-dire “orthodoxe” avec la jambe gauche devant), il était parfait pour tout ce qui se passait sur le côté gauche. Mais quand il a dû passer de l’autre côté, il n’en était pas si sûr”. Mais maintenant, Lenny est capable d’attaquer l’adversaire des deux côtés avec la même vitesse. Il le doit en grande partie à l’agilité moderne et à l’entraînement de vitesse de son entraîneur.